Luxembourg Center for Architecture (LUCA)

Luxembourg Center for Architecture (LUCA)

1, rue de l'Aciérie, L-1112 Luxembourg

Tél: (+352) 42 75 55 Bureaux: Ma -Ven: 9h00-13h00, 14h00-18h00 
ou sur rendez-vous Bibliothèque: Ma - Ven: 9h00-13h00, 14h00-18h00, Sa: 11h00 - 15h00 
ou sur rendez-vous

http://www.luca.lu

Etat des lieux


Le LUCA Luxembourg Center for Architecture accueille six artistes-photographes qui invitent l’observateur à découvrir l’espace urbain et architectural selon leurs différentes approches et pratiques photographiques.
Marqués par l’histoire, les traces laissées par le temps, la nature et leurs habitants, les bâtiments construits par l’homme pour l’homme sont tant de reflets d’une société. Ils attestent une manière de penser et de vivre dans le monde, tout en divulguant les comportements d’une communauté. Ces prélèvements dans le réel forment un « état des lieux » et demandent à être questionnés, analysés et interprétés. Ils deviennent ainsi les indices révélateurs d’un monde qui s’ouvre à nous : celui de l’humain et de son environnement.
Eunma Town de Sébastien Cuvelier raconte l’histoire des rêves successifs de tout un pays, la Corée du Sud, vus à travers le prisme d’un grand ensemble symbolique construit en 1979, juste avant le renouveau économique coréen.
Les New Towns (Villes Nouvelles) photographiées par Raoul Ries ont été planifiées et construites après la Seconde Guerre mondiale pour reloger les populations britanniques ayant perdu leurs maisons. Cette série de photos explore l’évolution au cours des décennies de la première vague des New Towns, conçues et construites entre 1946 et 1961 dans un rayon d’une heure autour de Londres.
Par son travail Serge Ecker illustre le fait que l’architecture est créée par l’homme pour l’homme, et que les ruines sont les vestiges de cette architecture et infrastructure d’origine humaine. Les ruines sont définies et générées par l’absence de l’homme et de fonction des constructions qui sont à leur origine.
Eric Chenal découvre au printemps 2013 la maison Wolfers, une commande privée réalisée à Ixelles en 1929-30 par Henry Van de Velde, occupée depuis 1977 par le médecin-radiologue et collectionneur d’art conceptuel Herman Daled. Plusieurs visites suivent pour permettre de présenter des dialogues noués autour de cette demeure singulière et des images qui « partent » de l’histoire.
Andrés Lejona met en lumière des bâtiments qui sortent de l’ordinaire. Les architectures illustrées ne sont pas toujours belles ou grandioses, mais surprennent par leur originalité et leur utilité.
Le travail de Daniel Wagener se situe entre graphisme, mise en scène et urbanisme. A travers ses photographies, il met l’accent sur les objets et les paysages urbains qui lui sont familiers, et à travers lesquels il peut transgresser en prenant des clichés isolés de la réalité. Il documente ainsi les traces laissées accidentellement par les humains et l’absurde normalité de la mise en scène du quotidien.

photo (détail): Eric Chenal, Sans titre, prise de vue numérique 26 février 2014